cloud-computing

Recours au cloud computing : les sociétés françaises en retard !

Dans le monde de l’entreprise, le « cloud computing » est une notion qui a su se faire une place et ce pour de longues années. Toutefois, à en croire une récente étude de l’INSEE, les entreprises françaises ont déjà pris un certain retard dans ce domaines face à leurs concurrentes étrangères. Heureusement, elles semblent en avoir pris conscience. Trop tard ?

Les services de cloud computing encore peu utilisés en France

Dévoilés il y a une dizaine de jours, les résultats d’une étude conduite par l’INSEE et relative à la place occupée par le cloud computing et le big data dans les entreprises laissent entrevoir un important retard de la France par rapport à plusieurs de ses voisins européens.

En effet, en 2016, seulement 17% des sociétés françaises de plus de 10 salariés avaient recours à des services de cloud computing alors que la moyenne, à l’échelle européenne, s’établit légèrement au-dessus des 21%.

Si la situation française est proche de celle de l’Allemagne ou de l’Espagne, force est de constater que ces nations ont accumulé un sérieux retard vis-à-vis des pays du nord de l’Europe. En Finlande, plus de 55% des sociétés ont recours à des prestations de cloud computing. En Suède, au Danemark ou en Norvège, ce taux dépasse également 40% alors qu’il approche les 35% au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas.

Le cloud computing gagne du terrain dans l’Hexagone

Bien que le pourcentage d’entreprises françaises recourant à des prestations de cloud computing soit faible, il est bon de noter que ce dernier est en pleine croissance (+ 30% par rapport à 2015), preuve que les sociétés made in France ont bien compris l’intérêt de profiter de la capacité de stockage et de la puissance de calcul des serveurs distants.

Les grandes entreprises françaises, à savoir celles qui comptent plus de 250 salariés, sont ainsi 48% à avoir recours à des services de cloud computing payants alors que seulement 13% des petites structures (10 à 19 salariés) ont fait ce choix.

Mais la taille de la société n’explique pas tout étant donné que le recours au cloud computing serait beaucoup plus fréquent dans certains secteurs d’activité tels que l’information, la communication, la high-tech et les sciences.

Le stockage de données, le courriel et l’hébergement de bases de données seraient les principaux usages confiés à un prestataire cloud en France.


Share this Article




Related Posts



La suite Office 365 se conforme au RGPD


1 Comments

Post a Comment

Hint: Please enter between 80 - 300 characters.